L'Examen MATHESON

“L’examen” de Richard Matheson

Le Passager Clandestin | 2019 | 5 €

Adak, durant cette saison, présentera plusieurs petits ouvrages issus de la col­lec­tion Dys­chro­niques des éditions du Pas­sa­ger Clan­des­tin.
Tous les textes publiés dans cette collection partagent quelques points communs : ils s’agit de nouvelles relevant de l’anticipation et datant de plusieurs décennies au moins. Auteurs mondialement reconnus ou illustres inconnus, leur approche s’avère souvent visionnaire ; les thèmes, les sujets, les intrigues pouvaient dérouter à l’époque où ils furent écrits, mais qu’à cela ne tienne : aujourd’hui, ils donnent une réponse -en miroir- assez déroutante du monde qui est le notre aujourd’hui. Très belle idée de remettre ces textes en lumière !

Richard Matheson (1926-2013) est l’auteur de plusieurs textes bien connus, dont “Je suis une légende” (I Am Legend, 1954, et adapté au ciné bien plus tard) ou “L’Homme qui rétrécit” (The Shrinking Man, 1956, lui aussi adapté mais l’année suivante !), et encore aujourd’hui, reste un grand maître du genre science-fiction/anticipation super-flippante. Il travaille également en tant que scénariste pour le ciné ou la télé (“La Quatrième Dimension”, “Star Trek”, mais aussi “Duel”, qui aura lancé Steven Spielberg).
Et en 54, il signe également “L’examen”, qui ne déroge pas à la règle : dans un monde encore plus moche que le notre (décidément…), les personnes âgées doivent passer régulièrement plusieurs tests pour déterminer si elles sont pates à apporter à la société davantage qu’elle ne lui coûte. Et dans le cas contraire ? Hé bien, paf, injection léthale, pardi.
Cette radicalité fait écho aux questions posées (bien en avance !) quant au vieillissement de nos populations et à la manière dont la société “traite” ce problème, avec un brin de violence morale évidemment. Mais elle questionne également la manière dont les dérives remettent en place dans une société qui privilégie le rendement et l’optimisation économique au détriment du reste. Les difficultés que peuvent poser la gestion des personnes âgées (on l’aura encore plus noté durant cette crise pandémique) sont démultipliées et prennent plusieurs formes successives dans ce récit qui ne laisse personne indifférent.