volez-ce-livre-TUSITALA-WEB

“Volez ce livre” de Abbie Hoffman

Tusitala | 2015 | 19 €

Au tout début des années 70, lorsque Abbie Hoffman (1936-1989) écrit ce livre, il est en colère contre le pays dans lequel il vit. Le capitalisme qui sévit, l’ultramatérialisme qui se profile, l’état qui s’asseoit sur ses devoirs sociaux. Le système est un gros tas de merde pour Hoffman, alors autant mettre un gros pétard dedans, tout faire exploser, et regarder.

Mais ce bougre libertaire hilarant, lassé des conventions et lucide sur les limites de la contestation, décide de communiquer son envie de grignoter tout ça de l’intérieur. Entre autres solutions proposées ? Une sorte de guide pratique de la débrouille hardcore, un guide du routard de l’arnaque. Partant du principe que les pauvres sont des victimes des plus puissants (les politiques, l’industrie, etc), il invite chacun.e à laisser ses principes et sa morale de côté pour survivre lorsque l’adversité se fait trop lourde. Sont donc listés ici quelques combines de petit malin, à appliquer sans scrupules.
Et si au passage, la débrouille peut fiche la pagaille dans le monde “normal”, alors c’est du bonus ; ne nous privons pas !

L’humour d’Hoffman est hilarant, d’autant plus lorsqu’on le découvre 50 ans plus tard. Bien entendu, la grande majorité de ses bons plans ne valent plus grand chose aujourd’hui, le monde ayant quelque peu changé depuis 1970, et si ses perfides invitations à détruire le bien de l’état et des puissants sonnent comme autant de salves politiquement incorrectes un peu démodées, la provocation, l’auto-dérision et le jusqu’au-boutisme de l’auteur, eux, resplendissent comme au premier jour.
Et entre deux rigolades, on répertoriera les dégâts causés par l’ultra-libéralisme en quelques décennies. Car si l’aspect marrant du livre est évident, le fond du sujet (la misère sociale, l’avortement, la lutte de classes, les droits civiques, etc), à l’époque comme aujourd’hui, demeure bien plus sérieux et critique qu’il ne pourrait y paraître.

Pour accompagner la sortie du livre, l’éditeur rappelait les mots de Norman Mailer, Kurt Vonnegut ou encore Robert Crumb, qui ne tarissaient pas d’éloges au sujet de Hoffman. Ils ne sont certainement pas les seuls.