WEB-flutiste-11

“Flutiste (numéro 10 et 11)”, collectif.

Flutiste | 2021 | 10 € et 14 €.

Lorsque l’on apprécie les artistes s’emparant de toutes les potentialités d’un langage, d’une écriture, d’une pratique artistique, et que l’on apprécie la bande dessinée, on aura relevé avec intérêt les expériences de quantité d’auteurs et d’autrices expérimentant, avec différents degrés de visibilité (et de réussite), ce que l’on peut faire de ce fameux langage bande dessinée.
Au delà des individus et de leurs travaux respectifs, parfois certaines associations font le bonheur des passions : on pense évidemment à l’OuBaPo (l’Ouvroir de bande dessinée potentielle, dans la tradition de l’OuLiPo de Quenneau, Perec, et cie) et des multiples publications en découlant. Mais depuis le début de la longue sieste que s’offre la clique oubapienne, on tarde à voir apparaître un cercle de zozos aussi enthousiastes que celle de Flutiste.

Piloté par Léa Murawiec, Antoine Beauvois et David Adrien, Flutiste est un collectif de micro-édition de bande dessinée pour qui la dimension collective semble au coeur des enjeux. Chaque numéro de la revue éponyme offre un nouveau faisceau de contraintes et de possibilités, de jeux collaboratif, de création à plusieurs.

Deux numéros différents dans la sélection Adak cette année :

le dixième numéro est quand à lui signé Tom Vaillant, Thomas Rouzière, Antoine Beauvois, Valentin Stoll, David Adrien, Léa Murawiec.
“Partir, fuir, changer d’air, découvrir de nouveaux horizons… Les raisons de voyager sont innombrables. Et l’inconnu est toujours au bout du chemin.
C’est ce que vont découvrir les personnages de nouveau numéro de la revue Flutiste. Passant d’un univers à l’autre, ils se retrouvent dans des situations qui les poussent à se questionner sur leur univers. À cette occasion, les auteurs se sont attachés à dessiner leur personnages de bout en bout, dans leurs histoires ainsi que dans les histoires des autres, créant un multivers dans lequel vous vous perdrez certainement.”
Note : couverture sérigraphiée en deux passages à la main !

le onzième numéro explore quant à lui la mise en abyme en 112 pages, et ils sont sept à s’y coller : Léa Murawiec (que les amateurs et amatrices de bande dessinée connaissent déjà bien), Thomas Rouzière, Adèle Verlinden, Antoine Beauvois, Émilie Clarke, Krocui, David Adrien.
Note : couverture sérigraphiée à la main !